Foire aux questions

Foire aux questions

  • Quelles solutions propose-t-on pour organiser la mixité sociale ?

    Cette question est traitée à l’échelle de la Métropole avec le Programme Local de l’Habitat (PLH), dont l’objectif est le rééquilibrage de l’offre de logements sociaux, sur l’ensemble du territoire et non sa concentration dans quelques communes.

    Les communes identifiées pour reconstruire les logements qui seront démolis dans le cadre du projet sont celles qui ne disposent pas actuellement des 20% de logements sociaux imposés par la loi (Saint-Égrève, Sassenage, Vif, Claix, Eybens, Corenc, Domène et Meylan), en privilégiant les sites les mieux desservis par les transports en commun.

    De plus, le Programme Local de l’Habitat métropolitain impose le développement d’une offre à bas loyers dans chaque nouvelle construction de locatif social. Ainsi, 60% des logements qui seront reconstruits suite aux démolitions seront à bas loyer (dits « PLAI »).

  • Quel accompagnement prévoit-on pour les copropriétés qui ne sont pas concernées par le Plan de sauvegarde de l’Arlequin et qui souhaitent engager des travaux?

    Le dispositif de veille sur les copropriétés permet à la collectivité d’identifier les situations de fragilité et d’enclencher des accompagnements si nécessaire.

    Depuis 2017, il est étendu à la Villeneuve d’Échirolles et intégrera le Village Olympique à compter de 2019.

    En parallèle, l’équipe-projet reste à disposition des conseils syndicaux qui souhaiteraient s’informer des possibilités d’accompagnement à la réhabilitation de leurs copropriétés. N'hésitez pas à nous contacter.

  • Que vont devenir les commerces de la place du marché de l’Arlequin ?

    La ville de Grenoble a choisi, conformément aux attentes des habitants, de maintenir et reconstituer une offre commerciale de proximité sur la place du marché :

    - Les cinq locaux commerciaux sous galerie, situés entre le 120 et le 110, seront démolis pour permettre la création de nouveaux halls d’immeuble.

    - Les cinq locaux commerciaux débordant sur l’espace public seront également démolis afin d’ouvrir les espaces sombres et insécures sous galerie.

    - De nouvelles cellules commerciales seront reconstruites en pied d’immeuble sous les emprises libérées par les quatre locaux du 108 et du 115 galerie de l’Arlequin.

    - Les trois locaux du 101 au 103 galerie de l’Arlequin seront quant à eux réhabilités.

  • Pourquoi démolir l’ancien collège des Saules ?

    Cette démolition s’inscrit dans le projet urbain, car elle permettra l’aménagement d’une nouvelle place des Saules, qui fera le lien entre le parc et Eybens. Il s’agit également de constituer une véritable entrée de quartier, afin que les projets urbains à venir sur la commune d’Eybens ne viennent pas isoler les quartiers des Saules et des Géants.

  • Les loyers risquent-il d’augmenter après les travaux de réhabilitation ?

    L’objectif est de conserver le même montant de loyer, grâce à la réduction des charges qui compensera la hausse des loyers liée au financement des travaux.

    Des concertations sont organisées par les bailleurs, avec les associations de défense des locataires et leurs locataires, sur le programme de travaux, et sur les incidences sur le montant des loyers.

  • La localisation du nouveau collège Lucie Aubrac sur l’avenue la Bruyère ne vient-il pas en contradiction avec l’objectif du projet urbain d’« ouvrir le parc » ?

    Le Département a organisé une consultation des habitants à ce sujet. Il en est ressorti une attente partagée pour le maintien du collège dans le quartier. Le Département a également demandé que le futur site soit à proximité immédiate d’un axe routier pour des questions d’accès des services de sécurité notamment. Ces différents éléments ont été intégrés à la réflexion technique menée en lien avec l’équipe-projet et Passagers des Villes.

    Ceux-ci ont aussi formulé un ensemble de préconisations architecturales et paysagères. L’enjeu est bien de concevoir un équipement qui s’intègre à son environnement, en maintenant notamment les perspectives visuelles entre la Bruyère et le parc Jean Verlhac. La présence d’un équipement neuf en entrée nord du quartier représente un élément positif pour l’attractivité de l’ensemble du secteur.

  • Après la démolition de la résidence Adoma, qu'est-il prévu sur le terrain?

    La résidence Adoma compte aujourd’hui 41 logements et 235 chambres. Elle sera démolie en 2022 et reconstituée sur trois sites de 90 logements chacun, hors du quartier. Sur ce terrain, le projet prévoit la construction de trois immeubles de logements et d’un immeuble d’activités dédiées la santé. Ce dernier serait situé en face de l’actuelle clinique du Mail, à l’angle de l’avenue Marie Reynoard et de la rue Alfred de Musset, avec notamment le regroupement des officines de pharmacie de l’Arlequin et de Vigny-Musset en rez-de-chaussée.

Si vous ne trouvez pas la réponse à votre question, n'hésitez pas à 

nous contacter !